Les gens qu’on n’aime pas

enfin-un-bouton-je-naime-pas-sur-facebook--non-juste-un-piege-812-1Il y a des gens qu’on n’aime pas. On a beau essayer d’être bienveillant en toutes circonstances, parfois, c’est plus fort que nous, il y en a qu’on ne peut pas voir en peinture, qu’on ne peut pas encadrer et qui nous pompe l’air… Et je ne parle pas de la fausse bonne copine qui nous a tourné le dos le jour où on s’est plus intéressé à notre nouveau chéri plutôt qu’à sa petite personne, ni de la vieille tante Marie-Thé qui ne rate jamais une occasion de pointer du doigt le moindre de nos petits défauts, ni même de la collègue inefficace qui nous agace car on est bien souvent obligé de rattraper son manque d’implication au travail. Non, je veux parler de ces gens qui ne nous ont rien fait, qui sont bien souvent plutôt gentils, mais qui nous insupportent au plus au point ! Ces personnes qu’on n’aime pas mais qui ne le méritent pas forcément, j’en ai rencontré quelques unes, je vais vous les décrire…

 

Marcel. 60 ans. Le rire gras sous la moustache. Le bon gars, joyeux. Mais les blagues lourdes et le regard (selon moi, ce n’est peut-être que ma propre interprétation) vicieux. Définitivement je n’aime pas ce type, je préfère l’éviter, il ne m’inspire pas confiance, je suis mal à l’aise en sa présence. Heureusement, je ne le croise pas souvent.

Georgette. 55 ans. Serviable, souriante, toujours de bonne humeur. « Mais alors ? » me direz-vous ? Oui mais tellement nunuche !!!! Conversation au ras des pâquerettes, elle radote à outrance et ne comprend pas vraiment tout ce qu’on lui dit. Du coup je la fuis, mais là je culpabilise +++ parce que sinon c’est une femme charmante…

Bob. 40 ans. Persuadé d’être un beau gosse (bon pas vilain ok mais pas canon non plus), il parle à tort et a travers, tout le temps de trucs qui saoule le non-initié. Assez serviable je pense et sans mauvais fond, mais quelle stupidité ! Lors d’une première rencontre il vous parle, sans vous connaître, sans savoir quel métier vous exercez, de ses activités illégales. La bêtise à l’état pur.

Cindy. 30 ans. Attitude d’ado, elle parle de sujets sans réel intérêt, tente de se faire remarquer à tout prix. Pas méchante mais pas futée. Déroutante dans ses sujets de conversation, on n’a pas envie de se retrouver face à elle lors d’un dîner… Mais la encore culpabilité ++ car je crois qu’elle a juste « besoin d’amoooour »…

Isidore. 45 ans. Neuneu de service, il a tout vu, il a tout fait, il sait tout mieux que tout le monde. Mais il n’est pas méchant là encore. Son rire stupide me sort pars les trous de nez. C’est maaaaaal, mais je n’y peux rien.

Virginie. 30 ans. Elle je ne l’aime pas depuis toujours, c’est physique, on n’a jamais pu s’encadrer, je ne sais pas pourquoi mais c’est comme ça. En tout cas aujourd’hui elle est moche et sûrement toujours aussi bête qu’avant (je ne lui parle plus depuis des années). Voilà. Zéro culpabilité ici…

Et vous, qui sont les gens que vous n’aimez pas ?

dfd

Chez moi (acte 1)

Et si je vous parlais de comment c’est chez moi ? Mais de quel « chez moi » vais-je parler ? Parce que j’en ai plusieurs ! Non, ne vous méprenez pas, je ne suis pas pleine aux as, ce qui me permettrait d’avoir plusieurs maisons (dommage ça m’aurait quand même bien plu), je pense juste que quand je dis « chez moi » je peux penser à plusieurs endroits plus ou moins vastes. Procédons par étapes si vous le voulez bien…

Je suis née à Brest, maiIMG_0662s quoi que puissent en dire certains individus bornés je ne suis pas Brestoise pour autant. Je n’ai rien contre les Brestois, mais je n’ai jamais vécu à Brest, je n’y ai aucun attachement particulier, ce n’est pas chez moi. J’ai grandi dans un petit village, à la campagne qui s’appelle Kernilis. Au début  (je veux dire quand j’étais petite) je n’y étais pas vraiment attachée, j’étais juste attachée à mon quartier Keruzoc. Là, c’est bien chez IMG_0663moi, il y a ma maison (bon, la maison de mes parents…) et la maison de mes grands-parents. C’est un lieu qui sent bon la campagne (aucune ironie de ma part par rapport aux odeurs de lisiers que l’on peut parfois y sentir, c’est vrai). Ma maison est l’ancienne ferme de mes aïeux, les pierres sont les mêmes.IMG_0664 Autour, il y a la pelouse, la cour, le hangar, les champs. « De l’autre côté » il y a la maison de mes grands-parents avec sa véranda aux placards grinçants, son vieux puis, sa grange, son jardin de fleurs et son potager. Sans oublier « les arbres » où on allait souvent jouer entre cousins, nous les connaissions par cœur ces vieux pommiers ! Je suis heureuse que Bigornette puisse encore profiter de cet endroit où j’ai passé tant de bons moments et où j’ai de merveilleux souvenirs. Je n’ai qu’un seul regret, que mon pépé ne soit plus là pour en créer de nouveaux avec nous. J’ai souvent l’impression qIMG_0658ue je vais le voir arriver au coin du jardin, avec sa canne et son chapeau de paille… IMG_0665

 

Revenons à Kernilis si vous le voulez bien (ou pas d’ailleurs), aujourd’hui c’est devenu vraiment chez moi car j’y ai acheté une maison dans un autre quartier (à l’opposé). J’ai plaisir à m’y promener à pied avec Bigornette. On y a des amis en plus de la famille. Notre maison est à la campagne mais à la fois toute proche du bourg. Nous y avons une vue agréable et apaisante. Le jardin mérite encore quelques aménagements mais quand il n’y a pas trop de vent on s’y sent bien. L’intérieur de notre maison est notre gros chantier, aucune déco pour le moment, ça commence à devenir un peu déprimant mais malheureusement nous avons d’autres travaux plus urgents à réaliser avant. Ce n’est pas parfait mais on n’y est pas si mal. Un portique dans le jardin, un jeune mimosa…

Dans l’acte 2, je vous parlerai d’autres « chez moi » qui me sont tout aussi chers… A bientôt…

IMG_0672

Holidays ooooohooooh holidays…

Voici le premier billet des vacances d’été 2014 !!!! Un billet d’humeur, sans véritable fond, j’écris sans réfléchir, nous verrons où cela me mène…

Fin d’année un peu stressante. A l’école il fallait tout boucler : bulletins, spectacles, programmes et autres joyeusetés. Effervescence de fin année, ça file, ça file, au moins on ne s’ennuie pas. On se projette déjà dans l’année suivante : commandes, casse-tête des emplois du temps, effectifs. Avec tout ça on a quand même le temps (heureusement) de rigoler avec les super copines instits : quelle belle équipe ! On pleure un peu aussi car l’une d’elle va nous quitter et qu’elle va nous manquer. Et puis ça aurait été une super maîtresse pour Bigornette… On range les classes, on rempli des sacs poubelle, on déplace les meubles et on est content parce qu’on a l’impression d’avoir une nouvelle classe pour la rentrée.

Et puis on rentre à la maison et on commence à penser un peu en mode vacances. On retrouve Bigorn´hom et Bigornette pour l’apéro, on fait péter les curlys, c’est cool en plus il fait beau ! On n’abuse pas quand même car on veut perdre quelques kilos… Les vacances. Jardinage, ménage, rangement. Détente, lecture, écriture. A venir : plage, farniente, commérages; promenades, dessin, photos… Les copains et les copines ! Et peut-être une petite virée à l’école pour bricoler quand même, et puis quelques passages dans mon bureau…

Pour ces vacances je commande :
– du soleil
– de la chaleur (mais pas trop)
– un peu de pluie la nuit (pour remplir la citerne de Papy)
– quelques cafés commères
– des bonnes crêpes chez Cathy
– des enfants souriants
– des soirées entre amis
– des baignades
– des idées !
– de la sérénité
– un joli bébé en bonne santé pour ma copink et sa marmotte

Cette liste n’est pas exhaustive bien entendu…

Je vous souhaite un bel été !

20140709-233542-84942367.jpg

Mes 10 indispensables

1. Mon PC. Que se soit pour le travail ou les loisirs, je ne saurais pas m’en passer ! Il ne me quitte quasiment jamais. 2. Mon iPad. 1 an que je l’ai : la geekette que je suis l’adore. Internet, photo, blogging, il me sert aussi énormément en tant que liseuse électronique. 3. Mon…

Read More

D’aussi loin que je me m’en souvienne je crois que j’ai voulu embrasser pas mal de professions différentes…

1) D’abord j’ai voulu être « présidente-chanteuse ». Chanteuse parce que j’ai sans doute toujours aimé chanter, et puis aussi parce que j’étais absolument méga fan de Creamy un super dessin animé qui passait à « Youpi l’école est fini » sur la Cinq. C’était l’histoire d’une petite fille qui grâce à une baguette magique se transformait en une super star de la chanson. J’ai bien l’intention de me replonger dans ce dessin animé d’ici quelques années avec Bigornette, en espérant qu’elle l’aime autant que je l’ai aimé.

Et présidente parce que c’est bien connu que le président de la France est celui qui décide de ce qu’on a le droit de faire ou pas ! Bref, je voulais faire ce que je voulais quand j’en avais envie donc devenir présidente était un bon moyen pour y parvenir..

2) Après j’ai voulu être écrivain de livres pour enfants. Uniquement pour enfants, à l’époque, les livres pour les grands me paraissaient plutôt ennuyeux. J’aimais déjà beaucoup lire et l’idée de raconter mes propres histoires me plaisait. Cette idée me trotte d’ailleurs toujours dans la tête, peut-être qu’un jour je pourrais m’y essayer… Voici un lien  intéressant sur le blog de La mare aux mots pour se faire une idée du métier d’auteur jeunesse.

3) Ensuite j’ai voulu être cosmonaute parce que je me suis passionnée pour l’astronomie. J’étais bien équipée, le père Noël m’avait apporté un télescope et j’avais bien potassé le sujet avec les livres et revues que j’avais à la maison.

T70-COSMONAUTE-BD

4) De là, finalement constatent que ça risquait d’être compliqué pour atteindre les étoiles, je me suis orientée vers un autre univers plus accessible mais tout aussi fascinant à explorer : la mer, j’ai voulu être océanographe. Et puis, là j’en connaissais déjà un rayon étant une fille de la côte ! Alors je me suis abonnée à Cousteau Junior et j’ai été visiter Ifremer et Océanopolis.

5) Oui mais voilà, l’océanographe c’est un scientifique et moi les sciences, la bio, les maths tout ça c’était pas mon truc ! Pffff, encore raté ! Bon, voulant rester près de la mer j’ai envisagé la carrière de douanier sur bateau gris… Sauf que j’ai le mal de mer…

6) Et finalement, arrivée au lycée, sans vraiment y penser, ça s’est imposé à moi, je serai maitresse. Bizarre en fait car je ne crois pas avoir jamais dit enfant que je voulais devenir institutrice. Pourtant il me semble que, comme on dit, j’ai la « vocation ». Je me souviens quand même que je jouais très souvent à la maitresse petite…

7) Toutefois, à la fac, mon cœur a balancé un peu entre continuer sur la voie de l’enseignement ou me diriger vers les métiers du livre. En fin de compte, me voilà prof des écoles, mais un jour peut-être pourrais-je aussi accéder à ma seconde « vocation ».

Si j’avais plus de temps…

Parfois Bigorn´hom me fait gentiment remarquer que « quand même » je n’ai pas beaucoup de passions dans la vie et qu’en dehors de dépenser du temps pour mon travail je ne fais pas grand chose d’autre. Je lui fais alors également gentiment remarquer que, d’une, mon travail est une passion (même si parfois ça saoule et…

Read More

L’enfant sacré

Les mauvaises choses qui peuvent arriver à un enfant ne manquent jamais de toucher et révolter tout un chacun. Que se soit la maladie, l’accident, les crimes commis sur de enfants, personne ne reste insensible. Mais lorsqu’on devient parents ce sentiment est encore décuplé puissance 1000 ! Aujourd’hui je m’en rends compte… Prenons l’exemple du…

Read More

Le plus beau jour…

Ma cousine m’avait dit : « Tu verras, le jour de ton accouchement sera le plus beau jour de ta vie ! ».  A l’époque, il y a un peu plus d’un an j’étais restée sceptique, je ne l’avais pas vraiment cru. Il faut dire que la venue au monde de ce bébé ne me rassurait pas…

Read More

15 raisons d’apprécier la rentrée

1. Retrouver sa maison, ses affaires. 2. Retrouver ses amis. 3. Lire le courrier reçu pendant son absence. 4. Reprendre le sport. 5. Réfléchir à de nouveaux projets. 6. Prendre des résolutions : régime à deux, rangement de la maison… 7. Retourner aux bébés nageurs. 8. Se replonger dans la préparation de classe (ben oui…

Read More