Vis ma vie de maîtresse d’école 4 semaines après la rentrée et les nouveaux rythmes scolaires

photo

Nous y voilà pour un nouveau vis ma vie de maitresse… Te voilà de nouveau dans ma peau d’instit pour quelques minutes.
La rentrée, c’était il y a 4 semaines. Tu étais contente de retrouver l’école, les copines et même les élèves ! En plus cette année c’est vraiment chic parce que tu as une classe vraiment super sympa sans élément réellement perturbateur, donc après 3 années avec une élève « compliquée » tu apprécies de souffler un peu.
Seulement le hic c’est que cette année il y a la mise en place de nouveaux rythmes… Alors maintenant tu dois te lever le mercredi matin pour aller à l’école, pour travailler devant tes élèves (parce qu’avant ça t’arrivait aussi de te lever ce jour là mais pour aller en concertation avec tes collègues). Ca veut dire que le mardi soir tu dois te coltiner tes corrections et aussi ta préparation de classe. Ca veut dire que le mercredi, il est 13h quand tu rentres chez toi et qu’il faut encore que tu grignotes un truc vite fait. Après tu as le choix, soit tu passes en mode ménage si tu as la chance d’avoir suffisamment pu t’avancer dans ton travail pendant le week-end, et sinon ben tant pis pour ta baraque tu montes dans ton bureau pour bosser. Sauf si ta Bigornette a décidé qu’elle ne ferait pas la sieste aujourd’hui, là alors tu passeras ton temps à faire la navette entre ton bureau et sa chambre.
Alors oui c’est vrai, ce qu’il y a de bien c’est que tu termines à 15 h le lundi et le vendredi. Mais bon ça en vrai c’est surtout de la théorie, parce que déjà une semaine sur deux tu as une réunion le lundi de 15h à 17h30, et si t’en as pas la plupart du temps tu restes pour corriger/ranger/préparer. Sans parler du fait que tu as aussi beaucoup plus de réunions le soir après 16h30 puisqu’on ne peut plus les caser les mercredis matins. Parfois, on te colle aussi des réunions le mercredi après-midi, histoire de vraiment te flinguer ta semaine, sans penser au fait qu’il te faut pourtant encore préparer ta classe et accessoirement dormir de temps en temps. Sans parler du fait que si tu veux partir en formation ces journées sont casées le mercredi matin (entre autres) et que donc si tu veux y aller (la formation est un droit) tu peux mais du coup tu laisses tous tes élèves sur les bras de tes gentilles collègues car tu ne seras pas remplacée.
Le jeudi soir, tu as l’impression que ta semaine est finie, mais non tu te trompes, il faut encore remettre ça, corriger, préparer, ranger et maintenant en prime nettoyer ta classe parce qu’avec les nouveaux rythmes il y a moins de temps pour que les ASEM fassent le ménage dans l’école.
Après seulement 4 semaines d’école, tu te dis qu’avant tu trouvais ce métier difficile mais maintenant tu le trouves encore plus dur, car tu as encore moins de temps… Tu te sens stressée et pleine de culpabilité. Tu n’as pas assez de temps pour t’occuper de ta maison; tu n’as pas assez de temps pour t’occuper de ta famille; tu n’as pas assez de temps pour bien préparer ta classe; tu n’as pas assez de temps pour faire du sport; (tu n’as pas assez de temps pour te faire plaisir, mais bon dans tout ça c’est vraiment accessoire). Quoi que tu fasses tu culpabilises et certains soirs cette boule au ventre ne te lâche plus. On n’avait vraiment pas besoin de cette demie-journée supplémentaire, mais quel gâchis ! Et encore là je ne dresse le bilan que du point de vue des enseignants, je ne parle même pas des élèves…
Alors pour te rassurer tu te dis : il faut être patiente, tu vas prendre le rythme, il faut du temps pour s’adapter. Mais honnêtement, tu n’y crois pas… Alors, certains soirs tu pleures tellement tu te sens dépassée par cette masse de travail et cette envie de vivre un peu pour toi à côté. Pourtant quand on te dit que tu n’as qu’à changer de métier tu ne te vois pas faire autre chose parce que malgré tout tu l’aimes ton travail. Tu voudrais juste qu’on te laisse suffisamment de temps et de moyens de bien le faire…

Laisser un commentaire