Vis ma vie de maîtresse d’école à la fin du mois d’août

photo

Alors voilà, je vais te raconter. Pendant quelques minutes tu vas te retrouver dans ma peau d’institutrice à la fin de ses grandes longues vacances.

La cloche n’a pas encore sonné, non, non… Et pourtant dans ta tête de maîtresse d’école ça fait ding-dong à tous les étages ! Te voilà, une semaine avant la rentrée, et même si tu te trouves encore sur ton lieu de vacances  (parce que cette année ton chéri n’a pas eu le choix et qu’il a dû prendre les 3 dernières semaines d’août au lieu des 3 premières) ton cerveau est déjà là-bas, dans ta classe, à penser compétences, évaluations diagnostiques et réglementdeclasseàélaboreravectesélèves . D’ailleurs ton chéri te l’a fait remarquer : « Alors ça y est, tu es de retour à fond dans tes cours ? ». Et c’est un fléau  qui n’atteint pas que toi parce que sans cesse tu échanges papotes avec tes collègues adorées (qui sont dans le même état que toi, sauf qu’elles, elles sont chez elles hein, avec toutes leurs petites affaires pour travailler…) par mails ou via le groupe facebook que tu partages avec elles. Heureusement, toi tu es une instit’ moderne, voir même un peu geekette  sur les bords, tu as donc quasiment tout ce qu’il te faut pour penser en mode « école » dans ton joli Vaio rose pétant ! Même si tu regrettes la fin de tes vacances et ta tranquillité tu as quand même hâte à la rentrée. Oui, tu as hâte de déballer les fournitures que tu as commandées pour ta classe (tu sais comme quand tu allais faire les courses de rentrée avec ta maman quand tu étais petite…). Tu as hâte d’écrire dans ton bel agenda tout neuf. Tu as hâte de décorer la porte de ta classe avec la jolie affiche que tu as soigneusement préparée. Tu as hâte bien-sûr de retrouver tes collègues pour leur raconter tes vacances et pour écouter leurs histoires à elles. Et même, tu as hâte aussi de rencontrer tes nouveaux élèves ! Bref même si parfois c’est dur, la vie d’instit (si si je t’assure, tu verras quand je ferai un autre billet de ce genre en cours d’année…), tu aimes ton métier et tu es contente de t’y replonger à la fin des vacances.

Laisser un commentaire