Millénium 4 – Ce qui ne me tue pas – David Lagercrantz

Millénium 4
RIP Stieg Larson, hello David Lagercrantz

J’avais hâte, mais j’avais un peu peur en même temps de découvrir ce quatrième opus de Millénium. Comment cet écrivain sorti de nul part allait-il pouvoir recréer l’ambiance de la saga et redonner vie à Mikael et Lisbeth ? C’est vrai qu’on pouvait être sceptique, d’après ce que j’en avais lu, David Lagercrantz était l’auteur de la biographie de Zlatan Ibrahimovic (qui a apparemment connu un franc succès) mais pas écrivain de roman à suspense… Néanmoins, j’avais quand même lu quelques critiques plutôt positives sur la blogosphère, j’entamai donc ma lecture assez confiante.

Welcome in Stockholm

Nous revoilà plongés dans l’hiver de Stockholm que l’on retrouve avec plaisir. L’ambiance est là, tant à la rédaction de Millénium que dans le dédale des rues de la ville ou encore dans l’immense appartement de Lisbeth. Les personnages sont fidèles à eux-même je trouve. Lisbeth est peut-être un chouïa plus « soft » qu’avec Stieg Larson, lorsqu’elle s’en prend physiquement à ses ennemis (qui méritent amplement une bonne leçon), je la trouve un peu moins « sadique » que dans les précédents tomes. A la recherche du scoop qui pourra sauver son journal, Mikael nous plonge au cœur d’une intrigue gravitant autour de la NSA, d’espionnage industriel et de piratage informatique. Je n’en dévoilerai pas plus ici pour ne pas spoiler votre future lecture mais toujours est-il que je me suis facilement laissée embarquer par ce roman. Ce que j’ai apprécié par rapport au style de Larson c’est qu’ici l’auteur nous a épargné les longueurs du type de celles qu’on avait pu subir concernant le fonctionnement de la Sapö par exemple. Par contre l’intrigue me parait tout de même moins « complexe » que chez son prédécesseur et de ce fait moins prenante. En fait, je crois que j’ai apprécié le livre pour l’ambiance, les personnages, l’enchainement des évènements mais pas nécessairement pour son suspense ou même son dénouement qui m’a paru un peu convenu…

En résumé, d’après moi David Lagercrantz a plutôt bien fait son job, le roman est convaincant. La fin laisse présager d’une suite que je me ferai un plaisir de lire à sa prochaine sortie.

Note (sur 5) :

Je viens de terminer La faiseuse d’anges. Ce roman fait partie de la série de polars écrite par Camilla Lackberg. Il s’agit du huitième tome racontant les aventures d’Erika Falk, écrivain et de son mari Patrick Hedstrom, policier à Fjällbacka, en Suède.

fjallbacka

J’adore l’ambiance de ces romans. J’aime les descriptions des paysages, j’aime les personnages attachants (même si parfois il me semble qu’ils sont un peu caricaturés). Les romans fonctionnent toujours sur le même principe : une intrigue policière contemporaine ayant un lien avec le passé. Ce qui fait qu’on découvre deux histoires parallèles qui s’imbriquent l’une avec l’autre et qui permettent de résoudre l’affaire.

Dans La faiseuse d’anges, Ebba revient vivre sur l’île de Valö, située en face de Fjällbacka, où sa famille entière à disparu dans des circonstances mystérieuses alors qu’elle n’avait que un an. Ebba était la seule « survivante » et les enquêteurs de l’époque n’ont pas réussi à démêler ce qui avait pu se passer. A son retour, la jeune femme, reçoit des menaces et on tente de la tuer. Pourquoi ? Y a-t-il un lien avec l’histoire de sa famille ? Voilà le point de départ du roman, que j’ai dévoré en très peu de temps comme les précédents.

Alors il vrai que ces histoires manquent parfois de crédibilité sur certains points… Je veux dire, quand on arrive au huitième tome, on se dit que c’est incroyable le nombre d’affaires criminelles qui se produisent dans une petite bourgade telle que Fjällbacka, sans compter celles qui ont eu lieues dans le passé ! Et puis les personnages principaux, en particulier Erika et sa sœur Anna, se retrouvent sans cesse dans des situations incroyables ! Parfois aussi le personnage de la belle-mère d’Erika me paraît un peu trop « cliché », presque « surjouée », cette femme est moralisatrice à outrance et Erika un peu trop patiente à mon goût, mais bon… On pourrait croire que ces « détails » risqueraient de nous détourner des romans de Lackberg et bien non, on en redemande quand même !!! Alors si vous ne connaissez pas encore cette auteure, n’hésitez plus jetez vous sur le premier tome La princesse de glace, vous ne le regretterez pas !

Note (sur 5) :

Train d’enfer pour ange rouge et Deuils de miel – Franck Thilliez

J’ai enchainé ces deux romans en un rien de temps… Le premier, Train d’enfer pour ange rouge met en scène le commissaire Sharko, policier torturé par la disparition de sa femme quelques mois plus tôt. Le voilà confronté à un tueur fanatique qui va l’entrainer dans un milieu sadomasochiste effrayant. Des crimes horribles, des énigmes…

Read More

Tokyo – Mo Hayder

Je viens de terminer ce roman. Je l’ai choisi car j’avais lu des critiques disant que c’était un GRAND thriller. Il était d’ailleurs mentionné sur la quatrième de couverture d’Avant d’aller dormir… J’avais lu quelque part que c’était un livre angoissant qui s’avalait d’une traite car une fois qu’on l’avait commencé on ne pouvait plus…

Read More

Avant d’aller dormir – S.J. Watson

Qu’est-ce qui m’a amené à acheter et donc  lire ce roman ? Et bien c’était en 2011, à l’époque où ce livre est sorti j’ai eu l’occasion de passer du temps dans diverses salles d’attente et figurez-vous qu’au fil de mes lectures en ces lieux j’ai à plusieurs reprises lu des critiques fort alléchantes le…

Read More